La “Normalisation” du Serpentaire comme 13ème signe du zodiaque par le Smartphone

Hits: 595

Quelle meilleure stratégie que celle d’imposer un nouveau signe astrologique en le standardisant et quoi de plus efficace que le conditionnement par le Smartphone ? Depuis 2012, les Smartphones Android (entre autres), en plus des 12 autres signes, proposent l’Emoji Ophiuchus plus connu sous le nom de Serpentaire ! Il faut savoir que le symbole Unicode Ophiuchus fut validé et introduit en octobre 2010 et ajouté dès la première version du pack Emoji (1.0) sorti en août 2015. Pendant très longtemps optionnel, le symbole du Serpentaire/Ophiuchus se trouve désormais accolé d’office aux douze signes zodiacaux dans la liste des Emojis des Smartphones. Il est important de rappeler que ce treizième signe, promu par certains courants sidéralistes occidentaux, doit son existence au découpage de l’écliptique en treize secteurs proposé par l’astronome belge Eugène Delporte durant la décennie 1920-1930.

Comme illustré dans la vidéo ci-dessous, il semblerait que la promotion du zodiaque sidéral se fasse désormais à travers la reconnaissance du signe du Serpentaire/Ophiuchus. Cette insistance relative au 13ème signe est vraisemblablement la marque d’une société « secrète » s’adonnant au culte du Serpent, en un mot à l’Ophiolâtrie kabbalistique ! Il est à ce titre intéressant d’observer que le 25ème degré du Rite maçonnique Ecossais Ancien et Accepté (REAA) est celui du « Chevalier du Serpent d’Airain » (dit de Moïse). Ce dernier remplaça après la réforme étasunienne de 1801 le dernier degré du Rite Écossais Ancien originel (ou Rite de Perfection), apparu en Europe en 1758 lorsque Jupiter stagnait justement en Serpentaire. Ce sont ces 25 degrés « de perfection » (comme la voûte céleste) qui furent justement mis en « lumière » sur le zodiaque situé au sommet du Cube évidé de la Grande Arche de la Défense.

Représentation du double enroulement du Serpentaire/Ophiuchus et du blason maçonnique du 25ème degré :

Les signes du zodiaque positionnés sur le 25ème degré sont donc plus qu’un simple écho « atavique » illustrant le cycle précessif dont l’écart angulaire entre le point vernal et le point départ réel du zodiaque est égal à 25 degrés depuis 2017 et ce jusqu’en l’an 2089… Il exprime également le « degré » de perfection puisqu’il n’est autre que celui qui sera le théâtre de la « Révélation », mais aussi de la consécration du règne des Ophites (allégoriquement nommés, voire autoproclamés “Reptiliens”), à savoir celui des Satanistes (Satan se trouvant associé au Serpent) sur le monde (qui affichent parfois avec ostentation leur alliance ophitique sur le doigt de Mercure entre autres). La connexion sidérale de la promotion du Serpentaire à travers le culte zodiacal du 25ème degré, comme l’illustre le zodiaque du toit de la Grande Arche, prend ainsi tout son sens puisqu’il devient le corollaire de sa raison existentielle !

On relève au niveau du symbole standardisé du Serpentaire/Ophiuchus la touche new-âgeuse de ses concepteurs dans la mesure où nous retrouvons le “U” d’Uranus traversé par une ondulation “~” rappelant celle du signe du Verseau à qui l’on attribue justement la maîtrise de l’astre découvert par Herschel au XVIIIème siècle. Quid du « U » et du « S » renversé rappelant l’état éponyme (US, pays des Ophites « reptiliens ») ou de l’Ere de l’empoisonnement globale à l’Uranium ? Précisons également que le Ʉ (U barré) est le symbole de l’énergie interne spécifique une nouvelle fois associé par extension au cœur galactique, à l’enroulement moléculaire primordial (ADN, etc.). Le Ʉ se rattache également à l’Antiquark, en somme l’Antimatière qui concentre les recherches du Large Hadron Collider (LHC) du CERN situé à proximité de Genève dans le but de créer la fameuse arme à antimatière à même d’assurer le plus efficacement qu’il soit l’accomplissement de la Fin des Temps !

En outre, le zodiaque à 13 signes semble s’imposer comme le standard du zodiaque sidéral, non pas pour des raisons astrologiques (le Scorpion et le Serpentaire sont d’influence similaire puisqu’il s’agit de constellations « venimeuses »), mais pour des raisons idolâtres, eschatologiques et symboliques associées au culte des Ophites et de leur caducée de Mercure dont l’astre connaît un cycle draconitique de 13 ans… Reste que cette promotion du treizième signe peut inciter les peuples d’Occident, au-delà de son dessein occulte, à s’interroger sur la présence de ce symbole parmi les signes zodiacaux et ainsi être sensibilisés au vrai zodiaque « sidéral » afin de se détourner du faux zodiaque «saisonnier », tropical par définition, imposé par les imposteurs des horoscopes grand public. Qu’il y ait 13, voire même 18 constellations écliptiques recensées comme au temps des Assyro-Babyloniens, l’essentiel est en effet de permettre aux peuples de se référer à un ciel existant et à des étoiles fixes se trouvant associées à leurs secteurs célestes réels afin d’assurer une interprétation astrologique digne de ce nom.

Patrice Bouriche ©

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*