La raison d’être de l’astrologie n’a jamais été et ne sera jamais saisonnière…

Hits: 698

Rares sont celles et ceux qui, en consultant leur horoscope, ont conscience que les dates des douze signes astrologiques proposées dans les journaux ne correspondent à aucune réalité céleste et qu’elles sont déterminées par les colures équinoxiaux et solsticiaux (Printemps, Eté, Automne, Hiver). Il s’agit donc d’un découpage, non pas stellaire (à partir des étoiles des signes à la base même de la notion d’Astrologie), mais saisonnier !

Il existe toutefois deux énormes incohérences à s’appuyer sur ce zodiaque fictif. La première d’entre-elles est la hauteur du Soleil à l’horizon et sa durée de présence dans le ciel. En outre, si les premiers astrologues de l’Antiquité (de Babylonie, de Byzance, de Mésopotamie jusqu’à l’avènement du Califat d’Al-Mamun) s’étaient appuyés sur le zodiaque saisonnier et son corollaire photopériodique, ils ne se seraient en aucun cas embêtés à déterminer des caractéristiques différentes entre deux signes « miroirs », non pas au niveau de leur « opposition axiale » (ex : Taureau opposé au Scorpion), mais bien au niveau de la hauteur du Soleil à l’horizon !

Les saisonnologues (« astrologues » s’appuyant sur les saisons de l’hémisphère Nord) justifient cependant, à travers le découpage saisonnier, que le fond stellaire n’est pas à l’origine de l’astrologie et font débuter le zodiaque au moment de l’équinoxe de Printemps (20/21 mars), le Bélier fictif débutant à 0° au début de la saison du Printemps alors que le Soleil se trouve au niveau des premières étoiles des Poissons. Ce serait pour eux le cycle des saisons (soit le climat vécu dans le signe) associé à l’exposition lumineuse (soit la durée des jours et des nuits observés dans le signe) qui déterminerait la nature des individus à la naissance.

Toutefois, pour chaque signe miroir (et non physiquement axial sur la sphère de 360°), la hauteur du Soleil à l’horizon ainsi que la durée des jours et des nuits sont les mêmes ! Voici un graphique permettant de mieux comprendre cet état de fait (pour un même point du globe) :

Pourquoi dès lors justifier des différences d’interprétation entre un natif du signe des Poissons et un natif de la Balance alors que ces deux signes sont « traversés » de la même manière par le Soleil ? Les personnes nées le 20/21 mars et le 22/23 septembre, soit au moment de « l’équilibre des jours et des nuits », devraient alors être de la même nature, régies par les mêmes influx santé, la même dynamique psychologique, etc. Or, ce n’est pas le cas ! Les uns, nés sous les étoiles des Poissons avec le faux signe du Bélier et les autres, nés sous les étoiles de la Vierge avec le faux signe de la Balance, développeront des caractéristiques astrales différentes.

Les maîtrises astrologiques furent attribuées par oppositions axiales et non en fonction de la même hauteur du Soleil à l’horizon à deux moments de l’année rythmant le cycle des saisons. Un natif du 10 avril serait alors régi par Mars (Bélier saisonnier) comme le serait un natif du 1er Septembre né sous la Vierge saisonnière (nés tous deux à la même latitude) dans la mesure où le Soleil devrait conférer un influx énergétique identique à ces deux journées ! Mars régit le Bélier mais pas la Vierge, Vénus régit le Taureau mais pas le Lion, etc. Ce serait comme ne pas trouver de différences entre Charles Dumont (faux Bélier/vrai Poissons) et Michael Jackson (faux Vierge/Vrai Lion) sous prétexte qu’ils sont nés avec le Soleil durant le même cycle de déclinaison solaire…

Les Pères de l’astrologie ne se sont pas en effet arrêtés au gnomon pour diviser le ciel en douze parties et leur affubler des caractéristiques différentes. D’ailleurs, la quantité de lumière dispensée par les durées du jour ne sont pas les mêmes d’une latitude à une autre, la durée du jour d’un natif de Paris du 30 mars (faux Bélier) étant par exemple la même que celle d’un natif du 2 mars à Buenos Aires (faux Poissons ou faux Vierge) ! Ne parlons pas des quantités calorifiques “saisonnières” antagonistes de longitudes ou de continents à d’autres au même instant cosmique… Les signes sont en effet tributaires des influx stellaires, en l’occurrence des étoiles fixes, et non des saisons ! Quelle serait la raison d’être de l’Homme Zodiaque ? La Balance régit-elle les pieds comme les Poissons en raison d’une hauteur solaire identique ? La réponse est non car cet influx n’émane strictement que de la distribution énergétique des étoiles fixes…

Que dire de la deuxième incohérence associée à l’inversion du cycle des saisons, et donc de la durée du jour, dans l’hémisphère Sud ! Une personne née à Melbourne en Australie le 21 mars, si l’on se fie au postulat saisonnologique, serait Balance et non Bélier en raison de ses caractéristiques « saisonnières ». Le 21 mars correspond en effet à l’équinoxe d’Automne dans l’hémisphère Sud alors qu’il correspond à l’équinoxe de Printemps dans l’hémisphère Nord. Mais les saisonnologues platistes continuent à leur attribuer le signe du Bélier (il suffit d’aller visiter les sites d’horoscopes du Brésil, d’Argentine, d’Afrique du Sud, d’Australie ou de Nouvelle-Zélande pour s’en rendre compte)…

Il est bon de préciser que, pour les deux hémisphères, le fond stellaire reste le même. Un natif de Paris et un autre de Buenos Aires du 31 mai sont tous les deux nés avec le Soleil au niveau de la longitude de l’étoile Aldebaran du Taureau… et seront tous deux régis par l’étoile de ce même vrai signe !

Patrice Bouriche ©

9 Comments

  1. L’on prêche souvent dans le désert. La quasi totalité des chaînes astrologiques sur YouTube ne traite que d’astrologie tropicale. Et, quand je me permets un commentaire, qui ne va pas dans ce sens, mon commentaire est tout simplement supprimé. Cela m’est arrivé encore cette semaine. Heureusement, j’ai mon blog, qui me permet de diffuser la vraie astrologie, celle des étoiles, comme son nom l’indique.

    • Il s’agit simplement d’une dictature qui impose son mensonge. Pour preuve, un forum FB américain m’a tout simplement bloqué pour avoir qualifié de “liar” une saisonnologue trentenaire annonçant en toute connaissance de cause la présence de la Pleine Lune en Poissons alors qu’elle se trouvait en réalité en Verseau, capture d’écran de Stellarium à l’appui. La dictature saisonnologique, donc du mensonge, se trouve par ailleurs alimentée par les ignorants qui lui donnent aveuglément audience… Ce n’est pas le contexte du niveau éducatif actuel observé en Occident qui arrangera les choses ! En outre, la saisonnologie ne peut être que le standard horoscopique de l’idiocratie dont elle est déjà le corollaire.

    • Bonjour Patrick-Louis Vincent,
      Si vous maîtrisez l’anglais, il y a plusieurs chaines Youtube en anglais, d’astrologues indiens ou américains qui pratiquent l’astrologie sidérale.
      Cependant, ils n’utilisent pas Fagan-Bradley, mais un autre ayanamsa, avec donc un léger décalage.

  2. Si l’on s’appuie sur le système saisonnologique, il est évident que le Bélier saisonnier ne saurait être le pionnier dans la mesure où il est en réalité Poissons…

    • Quelle lecture avez-vous de ce signe ?

      Avec la précession des équinoxes fut un temps où ce signe commençait bien avec l’équinoxe de printemps ?

      • Oui, mais uniquement dans l’Hémisphère Nord. Car dans l’hémisphère Sud, c’était la Balance qui était le siège de l’équinoxe de printemps (aujourd’hui, c’est la Vierge).

        La détermination du Bélier en tant que signe de tête le fut d’après la répartition stellaire de l’Homme Zodiaque, soit pour des raisons mélothésiques et non pour des raisons saisonnières.

  3. Bonjour Patrice, je débute en astrologie et souhaite développer la connaissance du zodiaque sidéral.
    Pour le moment, mes outils sont planetwatcher.com et surtout astro.com (je n’ai pas accès aux logiciels Windows).
    Je me demandais si vous sauriez dire quel zodiaque sidéral il faut sélectionner parmi les options du deuxième site, ou autrement dit quels sont vos propres méthodes et outils de calcul ?
    Merci beaucoup

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*