De la Tortue au Crabe – L’étrange évolution du signe du Cancer

Hits: 1568

Depuis Sumer jusqu’à l’époque médio-babylonienne, la constellation actuellement occupée par le célèbre Crabe représentait une Tortue ! Celle-ci avait acquis sa renommée à travers le mythe de la Tortue de Ninurta (alias Saturne). Cette Tortue avait été façonnée par Enki (le Capricorne, soit son secteur céleste opposé) afin de tendre un piège à Ninurta et le faire chuter dans une fosse maléfique (allégorie astrologique de la chute “négative” de Saturne en Cancer et, pour les auteurs de l’Antiquité, du “Trou Noir dans le Zodiaque” signifié par l’absence “d’éclat” de ce secteur céleste). Pour y parvenir, la Tortue pinça à l’aide de son bec le tendon d’Achille du héros Ninurta mais ce dernier, dans son déséquilibre, entraîna la Tortue avec lui dans sa chute.

On constate que ce mythe ressemble à s’y méprendre au mythe des 12 Travaux d’Héraklès (Hercule) dans l’un desquels le héros grec affrontant l’Hydre de Lerne dut se défaire du Crabe géant envoyé par Héra. Comme dans le mythe de Ninurta, Hercule se fit attaquer au niveau du talon. Bien que le mythe soit grec, ce fut à partir de l’époque assyrienne et surtout chaldéo-babylonienne que le Crabe (soit le Cancer) se substitua définitivement à la Tortue dans le ciel (et ce bien que les astrologues chaldéens perpétuèrent la mémoire de cette Tortue sur les tombeaux pseudo-pharaoniques à l’époque de l’Egypte romaine). Les constellations suméro-babyloniennes de la Tortue et de Tiamat (le Serpent-Dragon femelle issue des profondeurs aquatiques) occupaient donc la place des actuelles constellations du Crabe (le Cancer, aussi désigné dès l’époque assyrienne par le terme d’Ecrevisse) et de l’Hydre femelle.

Le fait d’avoir choisi des animaux aquatiques imaginaires ou non pour caractériser ce secteur céleste n’est pas dû au hasard et découle nécessairement d’observations de la nature (pour ceux qui pratiquent l’agriculture biodynamique, la dimension “humide” de ce secteur n’est plus à démontrer, en particulier au niveau des étoiles situées entre la pince du Crabe et le “Nœud” de l’Hydre et qui, paradoxalement, correspondent aux longitudes des étoiles de la Face du Lion et de sa patte).

Le fait d’avoir déterminé le “Nœud” (soit l’étoile Ukdah dessinant l’enroulement de l’Hydre) sur la longitude exactement opposée à celle de l’enroulement de la queue du Capricorne marque ainsi la frontière de cette influence aquatique régissant les natifs du Soleil dans le vrai signe du Cancer (entre le 18 juillet et le 16 août) ou de la Lune dans ce même secteur céleste.

La question de la représentation de la constellation du Cancer pose également problème. Sur les Kudurrus babyloniens, la Tortue était originellement représentée la tête tournée vers l’Ouest, à l’instar du Scorpion, du Sagittaire (Pabilsag), du Capricorne (Enki) entre autres. La direction de la tête de l’animal aquatique va donc dans le sens contraire de la représentation classique du Crabe, non pas tourné à l’Ouest vers les Gémeaux, mais bien vers l’Est en direction du Lion. Aussi, nous constatons que les figures géométriques des astérismes proposées dans les diverses représentations, revues et applications astronomiques proposent un dessin ressemblant à tout sauf à un crabe !

Voici la représentation géométrique “classique” du signe du Cancer. Celle-ci prend la forme d’un tracé filiforme rappelant grossièrement une pince et ne dessine en rien la rondeur d’un crabe. Bien que les étoiles de ce secteur céleste soit les moins lumineuses du zodiaque, rien ne justifie un tel tracé…

Voici maintenant la figure géométrique de la Tortue de Ninurta en suivant le sens de la représentation originelle des Kudurrus (orientée vers l’Ouest et la constellation du “talon”, à savoir les Gémeaux) ainsi que celles du Crabe (plusieurs possibilités). Nous constatons cependant que le Cancer ne peut avoir que 4 pattes (ou deux pattes et deux pinces) représentées. En outre, la représentation idéelle du Crabe ne peut être que profilée, avec les deux pinces et le corps de l’animal dessiné par les autres étoiles.

La représentation la plus “naturelle” du Cancer semble être celle où l’animal oriente ses pinces en direction des Gémeaux et non du Lion. Les théories saisonnologiques farfelues qui donnaient une origine cyclique à la présence d’un crabe dans le ciel (soit un animal marchant à reculons pour symboliser le ralentissement de la durée des jours et l’allongement de celle des nuits) ne tiennent pas. Aussi faudrait-il que les astronomes puissent enfin donner à ce secteur céleste un tracé céleste dessinant une constellation aux allures de crabe (puisqu’il est possible de le faire à partir de ses étoiles) en lieu et place de la “pince” et du “carré à quatre antennes” diffusés dans la plupart des supports astronomiques.

Patrice Bouriche ©

3 Comments

  1. Excellente récapitulation astro-mythique.

    Il est d’ailleurs à noter que chez les égyptiens, tel que l’on peut le constater sur le logiciel astronomique Stellarium, le secteur Cancer était désigné sous l’appellation “Etoiles d’eau”, bien que la concision des astérismes astro-mythiques égyptiens ne tienne pas la comparaison avec les versions suméro-babyloniennes.

  2. excellente remise à jour du dessin des constellations. Sur mon application astro skymap de téléphone la configuration des étoiles du Bélier et du cancer font effectivement un peu pitié !

  3. Merci pour vos chaleureux compliments. Des Assyriologues suggèrent même que le museau de Tiamat serait dessiné par l’étoile Altarf du Cancer. Le Bélier devrait lui aussi être redessiné en prenant en compte les étoiles de la Baleine situées au Sud de l’écliptique.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*