Jérusalem – Un “alignement des planètes” messianiste à haut risque

La déclaration de Donald Trump sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, et qui répond à une “nécessité” eschatologique, fut précipitée par l’astrolâtrie messianique (lire cet article prémonitoire relatif à ce sujet : Nouveau Cycle d’Imposture Messianique [Janvier 2016] ) à la faveur d’un alignement astral « composite » entre la Jupiter natale d’Israël (14 mai 1948) et le retour de Saturne de transit (6 décembre 2017) au degré près. Or, il s’est avéré que Mercure se trouvait également de la partie, ce qui est astralement insensé car négatif. C’est à croire que les saisonnologues marionnettistes de Donald Trump, serviteur de la cause du courant messianique Lubavitch pour qui la Kabbale est le « cœur du Judaïsme », veulent le mal de ce pays plutôt que son bien. S’il s’agissait d’un objectif Apocalyptique, nous pouvons dire que c’était le “meilleur” mauvais « alignement des planètes » possible (expression reprise en boucle par l’Elite sataniste mondiale) ! Voici ce que donnent les “alignements” astraux en mode micro-zodiacal et le sens interprétatif de ceux-ci entre le thème de naissance d’Israël et la déclaration de Donald Trump :

Jupiter/Saturne – La conjonction messianique « traditionnelle » :

Dans la tradition astrologique, les conjonctions Jupiter/Saturne se trouvent associées à la venue d’un Messie. C’est ainsi que certains astrologues calculèrent rétrospectivement, de manière invérifiable, la date de naissance hypothétique de Jésus Christ ou de Muhammad. Précisons que le seul personnage qui exerça ces qualités prophétiques à partir d’une telle conjonction « vérifiable » au natal était Nostradamus (né le 14 décembre 1503 avec une syzygie Jupiter/Saturne/Mars en Gémeaux).

Il faut savoir que cette configuration a fait l’objet d’une littérature astrologique abondante entre le Moyen-Âge et la Renaissance car elle était annonciatrice de l’Apocalypse (voir le Tome II de « L’Histoire secrète de l’astrologie » pour plus de détails sur ce thème). Aussi la conjonction Jupiter/Saturne directe est-elle toujours plus efficiente qu’une conjonction “composite” car le retour de Saturne de transit, qui plus est accompagnée de Mercure, sur Jupiter natale, est traditionnellement négative. Dès lors, une décision prise à ce moment même ne peut garantir l’effet potentiellement bénéfique de la conjonction directe à venir !

On comprend bien que les Kabbalistes, par cet artifice astro-messianique associant Jupiter avec Saturne, ont voulu précipiter par impatience l’entrée dans les “Temps Prophétiques”…

La « Sainte » Alliance Cubique Messianique, associant les nations du « Kabbalistan » (celles cultivant les cubes kabbalistiques) à l’Arabie Saoudite (et son Cube de la Kaaba) formant un alliage ésotérique souvent inavouable (voir le Tome III de « L’Histoire secrète de l’astrologie » à ce sujet), a pour feuille de route le déclenchement d’un conflit majeur aussi rituel que sacrificiel en provoquant un pays dit de l’Axe du mal (si possible l’Iran au niveau régional ou la Corée du Nord au minimum pour un conflit plus global), permettant de précipiter (une fois de plus) la venue du Messiah afin de faire correspondre l’instant présent aux délires prophétiques du passé.

L’Iran, comme un boomerang de l’Histoire… :

L’Iran, qui reste la principale cible dans le viseur de la “Sainte” Alliance, tend à subir l’effet boomerang de ses ancêtres achéménides. Le mythe d’Israël, qui était l’émanation d’une ruse géostratégique des Perses Achéménides mise en place durant le Vème siècle avant notre ère (voir le Tome I de « L’Histoire secrète de l’Astrologie » à ce sujet) visant à légitimer par une ancestralité imaginaire leur présence dans la satrapie de Judée par l’intermédiaire d’une secte jovianiste assermentée, s’est donc retourné contre ses créateurs plus de 2 400 ans après en devenant à nouveau un Cheval de Troie proche-oriental, mais cette fois-ci pour le compte de l’Empire maçonnique anglo-saxon.

Alors que Harry Truman se présentait aux Juifs comme le nouveau Cyrus Le Grand, Donald Trump assure à son tour le rôle d’un néo-Darius II qui finalisa la reconstruction du Temple-garnison de « Saint-Salomon » (nom originel de « Jérusalem » qui pourrait étymologiquement assurer la légitimité de cette décision). A la faveur des cycles astraux qui nous échappent, c’est simplement l’Histoire qui se répète, mais d’Ouest en Est au lieu d’Est en Ouest !

Reste qu’un conflit ouvert entre l’Arabie Saoudite et l’Iran permettrait à l’Occident de ramasser la mise sans effort en marchant sur les ruines de « l’ennemi commun » qu’elle avait subrepticement conduit à s’engager dans une guerre autodestructrice. Cette stratégie avait déjà été usitée avec l’Irak en 1980 dont le dirigeant fut instrumentalisé pour attaquer l’Iran et ainsi auto-affaiblir le plus efficacement possible ces deux pays contrepoids du Moyen-Orient.

Le Nœud Lunaire Sud à l’influence négative se rapproche justement du ciel natal de l’Iran, ce qui n’est pas pour déplaire aux prophètes persans qui avaient annoncé dans leur tradition eschatologique la perdition de l’Islam à l’orée de son XIVème siècle (chiite) (lire l’article sur “La Prophétie des Astrologues Persans“). Le temps des hyper False Flags (chimiques, viraux, bactériologiques ou nucléaires) et autres hold-up bankstériens prétextes ne fait donc que commencer ! Le Cube noir en est pour ainsi dire jeté…

Patrice Bouriche ©

 

4 Comments

  1. Sujet très passionnant
    Si la stratégie de destruction de l’ennmi commun Entre l’arabie et l’iran (Ce qui permettrait de detruire l’autre poid lourd de région , les émirats) va vers le bon chemin, n’est ce plutôt pas une nouvelle victoire d’israel, contre ce qui reste de ses ennemis de la region ?
    Nostradamus a l’air de pencher vers une victoire de l’etat Hébreu également (pour concorder avec les propheties délirantes du passé que vous mentionnez)
    Par contre certains rabins prophétisent une victoire surprise de la perse, grace à l’histoire de la reconstruction du temple que vous évoquez
    https://m.youtube.com/watch?v=LrvekE886LI

  2. L’appel d’erdogan à reconnaître Jérusalem Est comme capitale de la Palestine est également pris au pire moment ?
    Ce qui soulève une autre question, comment approcheriez vous le thème de la Palestine alors qu’il n’y a pas encore d’etat, donc pas de date de creation ?

  3. C’est la date du plan de partage du 30 novembre 1947 (Soleil en Scorpion, Lune en Gémeaux, Nœud Sud/Mercure) qui fait office de détonateur entre les “Palestines”… Il suffit de voir la date choisie pour comprendre le conflit “éternel” ouvert entre Israël et l’entité “palestinienne” (Mars/Mars, Vénus/Jupiter), ces deux divorcés.

    La déclaration “arabe” (sans l’Arabie Cubique) ne reconnaît que Jérusalem-Est en tant que capitale et non Jérusalem dans son intégralité comme pour les Etats-Unis, ce qui démontre au final que la déclaration reconnait, à la différence des Etats-Unis, la légitimité du voisin à conserver l’autre moitié de la ville sainte. En marche vers le NOM messianique…

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*