Le Zodiaque du Sarcophage de Heter – Un horoscope « pharaonique » de l’an 93

Comme tous les sarcophages zodiacaux retrouvés à Thèbes à l’instar de celui de Soter, le sarcophage de Heter date du IIème siècle de notre ère, à la différence que celui-ci a pour originalité de présenter des indications horoscopiques. Nous pouvons en outre dater cet horoscope au début du mois d’octobre de l’an 93 de l’ère commune et ainsi déterminer que le natif était décédé en l’an 125 !

Outre l’indéfectible position du signe du Cancer au niveau des seins de Nout (ce signe régissant les seins et le lait maternel en mélothésie), les inscriptions démotiques situées au niveau de certains signes astrologiques servirent ainsi à donner des précisions relatives à la date de conception du natif comme le rapporta l’égyptologue allemand Heinrich Karl Brugsch. Les inscriptions situées au-dessus du signe du Lion indiquent respectivement « Hor-pe-Seta » et « Hor-pe-Ka », soit les planètes Saturne et Jupiter. Au niveau de la Vierge se trouve indiqué « Hor-Tezer », soit la planète Mars. Quant à Mercure indiquée à l’Ascendant, « Sebek » se trouve située entre la Balance et le Scorpion. « Pe-Neter-Tau », qui signifie « L’étoile du Matin », elle illustrait la position de Vénus entre le Scorpion et le Sagittaire.

Ces inscriptions ont permis à Otto Neugebauer de corroborer la datation supposée de Brugsch, à savoir des configurations astrales observées durant le Ier siècle de notre ère. Celui-ci a daté les positions horoscopiques au 1er octobre de l’an 93. Or, en utilisant l’ayanamsa Al Risha usité depuis le IIIème siècle avant notre ère par les astrologues chaldéens, nous pouvons affiner la date de naissance au matin du 3 octobre 93 puisque Vénus se trouvait entre 30° Scorpion et 1° Sagittaire (comme mentionné dans les éphémérides d’époque). Nous n’avons toutefois aucune indication écrite au sujet de la position des « luminaires », à savoir le Soleil et la Lune.

Nous pouvons toutefois suggérer que le cercle figurant au-dessus de la Balance illustre le Soleil. Notons que, selon Nikolaï Morozov, les cornes dessinées sur la tête de la Vierge illustreraient le croissant lunaire, donc la position de la Lune à la naissance. Si tel était le cas, la Lune située en Vierge donnerait une naissance au 6 ou 7 octobre. Toutefois, la position de Vénus, avec le système antique, serait clairement dans le secteur Sagittaire (bien que les étoiles situées en début de ce secteur soient celles composant le Scorpion). Reste que l’absence de la position scripturale du Soleil (probablement dessinée au-dessus de la Balance) et surtout de la Lune (pourtant maîtresse du thème astral antique) laisse penser que ces informations horoscopiques ont été indiquées a posteriori à partir de d’éphémérides strictement planétaires (soit celles composées des cinq astres traditionnels).

Cet horoscope, à l’instar de celui de Dendérah, démontre une fois de plus que l’introduction du zodiaque des douze signes en Egypte était bien l’œuvre des astrologues d’ascendance chaldéenne guidant la classe dirigeante romaine… Précisons de plus que le mythe faisant croire que le zodiaque détruit du Temple d’Esneh remonterait au IIIème siècle avant notre ère peut être lui aussi écarté dans la mesure où la symbolique des deux Poissons rattachés par une corde au niveau de leur bouche est contemporaine des sarcophages thébains comme nous pouvons le constater sur les représentations respectives d’Esneh, de Soter et de Heter… Cette digression astro-stylistique ne peut donc être, elle aussi, que contemporaine du IIème siècle de notre ère !

Patrice Bouriche ©

2 Comments

  1. Selon vous, pourquoi l’auteur a t’il décidé d’ommettre La lune et le soleil sur cette représentation, ou du moins de ne pas les signaler de manière plus explicite ?

  2. Je pense que cette annotation astrologique a été faite a posteriori et qu’ils n’avaient pas d’éphémérides lunaires à disposition pour connaître la position de la Lune au moment de la naissance du natif.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*