Les sphères célestes de l’Antiquité – Le Bélier et la corde des Poissons

En ce jour du 15 avril où le Soleil entre dans le vrai signe du Bélier associé à la constellation du même nom et non à celle des Poissons comme le font malhonnêtement les imposteurs de l’horoscope saisonnier (faisant débuter le Bélier au 21 mars), il est intéressant de s’attarder sur les vestiges antiques des représentations stellaires. Seules deux sphères célestes de très bonne facture artistique méritent toute notre attention; il s’agit des sphères de Farnèse (originaire de la péninsule italienne) et de celle de Kugel (originaire de l’ancienne Syrie romaine découverte aux frontières du défunt Royaume Arménien).

On observe que ces deux sphères, réalisées entre le Ier siècle av. J.-C.  et le IIème siècle de notre ère, positionnent très clairement les colures équinoxiaux et solsticiaux au niveau du 8ème degré du Bélier, du Cancer, des Pinces du Scorpion (la Balance n’étant jamais représentée, sauf chez les Chaldéo-séleucides qui héritèrent des travaux assyro-babyloniens) et du Capricorne alors que ce n’était plus le cas depuis près de six siècles. Aucun astrologue de l’Antiquité ne calcula toutefois les positions planétaires à partir du point vernal comme le prouve l’ensemble des horoscopes qui nous sont parvenus, les derniers en date étant l’œuvre de l’israélite Masha’allah en l’an 794 de notre ère tandis que les premiers horoscopes saisonniers remontent à l’an 830 et ont été réalisés par le musulman Albumasar originaire du Khorassan.

La sphère de Kugel, plus ancienne de deux siècles par rapport à celle de Farnèse, permet de mieux comprendre la perception sidérale des astrologues de l’Antiquité puisqu’elle dessine l’une des pattes du Bélier accolée à la corde des Poissons.

Sphère de Kugel :


Ce point d’intersection de nature purement stellaire est l’étoile Al-Risha, autrement appelée « étoile de la corde », qui rattache non seulement les deux Poissons, mais aussi le Bélier, comme si cette corde bouclait le cercle du zodiaque entre la dernière et la première constellation.

Etant picturalement dissociée des deux Poissons, les astrologues de l’Antiquité la localisèrent à près de 5° du Bélier dans le respect du référentiel sidéral originel Aldebaran/Antarès ayant donné naissance au zodiaque. Elle servit même à étalonner, 3° degrés en retrait, le point de départ du zodiaque pour calculer les positions planétaires en tant que dernière étoile des Poissons et première étoile du Bélier dessinant la patte de l’animal. Elle se trouve même associée au colure équinoxial de la sphère de Farnèse.

 

Patrice Bouriche ©

P.S. : Pour en savoir plus sur le rôle majeur de cette étoile chez les astrologues de l’Antiquité, découvrez le Tome II de “L’Histoire secrète de l’astrologie – L’Hérésie tropicaliste venue du Khorassan” disponible sur Amazon et via Paypal.

2 Comments

  1. Bonjour Patrice,

    On voit sur les sphères les latitudes majeures (équateur, tropiques et cercles polaires) et l’écliptique. Ils en savaient plus que beaucoup de nos contemporains !
    Attention de préciser l’année quand vous dites que le Soleil est en Bélier le 15 Avril, c’est vrai pour notre époque, mais la précession des équinoxes fera dériver votre zodiaque, le 15 avril 6015 il sera en Verseau, en 16015 en Vierge… Pourquoi vouloir fixer des dates tropicales sur votre zodiaque sidéral ? Les 2 repères sont valables, mais il faut ensuite rester dans celui que l’on a choisi. (On peut travailler sur un cercle en degrés, en grades, en radians si on le désire mais on ne mélange pas les unités.)
    Non, je ne suis pas qu’un vilain saisonologue avec ses sataneries. Je suis plus orienté vers le zodiaque des déclinaisons, j’ai d’ailleurs pu vous reprocher dans un autre article la projection des astres sur l’écliptique que je n’accepte pas.
    Connaissez-vous la machine d’Anticythere ?
    Instrument retrouvé il y a un siècle entre la Crète et le Péloponnèse dans l’épave d’une galère romaine datée de 86 av.J.C. Lui même étant un peu plus ancien, à l’époque des Lagides.
    http://www.dailymotion.com/video/x2cmy37
    Petite merveille mécanique permettant d’avoir son “Stellarium” dans son sac. Qui l’a fabriquée ?
    Les connaissances étaient pointues car les éclipses étaient calculées, les mouvements de la Lune étaient maitrisés.
    Joli mystère à étudier.

  2. Bonjour,

    Si vous aviez lu ma trilogie, vos commentaires n’auraient pas lieu d’être. Tout ce dont vous parlez s’y trouve évoqué (les dates, la machine d’Anticythère qui n’a rien de Lagide mais de Séleucide pour votre information, etc.).

    Bonne lecture au cas où !

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*