Massacre au Musée du Bardo – Lorsque les ennemis du Ciel frappent encore un site zodiacal…

Le massacre commis par les islamistes en Tunisie n’a pas visé cette fois-ci les objets exposés, comme ce fut le cas dans le nord de l’Irak récemment, mais bien des touristes innocents venus simplement les admirer… Il existe pourtant un point commun entre les attaques du site de Ninive et le musée de Tunis qui ne trompe pas dans la mesure où ces deux sites culturels exposaient des œuvres astrologiques clés de l’Histoire.

En effet, si le site archéologique de Ninive constituait le berceau des exaltations astrologiques, le Musée du Bardo à Tunis accueille quant à lui un zodiaque dessinant une Etoile de David unique en son genre.

Zodiaque de Bir-Chana en Etoile de David :

Ce zodiaque dit de Bir-Chana (du nom du site archéologique où il fut découvert) est une mosaïque d’époque romaine (IIIème siècle) représentant les douze signes du zodiaque et les sept dieux de la semaine dont nous avons hérité les noms (Lundi : jour de la Lune, Mardi, jour de Mars, etc.) avec Saturne trônant au milieu en tant que maître du Temps (Saturne africain).

En outre, cette attaque visant le seul musée d’Afrique abritant un zodiaque authentique (l’original du zodiaque de Dendérah se trouvant au Musée du Louvre), bien que les terroristes incultes ignoraient certainement l’existence d’une telle œuvre, résonne comme un avertissement pour les autres musées accueillant ce type de représentation stellaire.

Ce geste obscurantiste, visant inconsciemment les sites zodiacaux, semble quant à lui obéir à un cycle de douze siècles ayant pris naissance chez les musulmans du Khorassan lorsque ces derniers décidèrent de renier le Ciel pour contenter leurs préceptes fondamentalistes saisonniers, détruisant l’essence même de l’astrologie…

Ces sites zodiacaux semblant devenir les cibles privilégiées des terroristes islamiques, il convient d’accroître la vigilance afin de protéger pour le mieux la mémoire de l’Humanité de ces effaceurs de l’Histoire, d’autant plus que leurs actions risquent de se radicaliser avec le retour actuel du Nœud Sud [négation & destruction] sur Neptune [art & esprit] (comme en l’an 813 et en l’an 830) visant aussi bien la dimension spirituelle de l’art (pouvant être également du ressort des édifices religieux) que la conception idéologique même du fait religieux (les textes, les Hommes)…

 

Patrice Bouriche ©

4 Comments

  1. Quels endroits pensez-vous qu’il faut proteger, et quelles seraient les dates les plus sensibles selon vous ? Les hotspots decrits dans votre article precedant ?

  2. Les hotspots proposés dans les TAM 2015 ont été déterminés par rapport aux précédents observés dans les pays occidentaux, moyen-orientaux et orientaux. Elles sont à prendre en compte.

    Les zones blanches sont dépourvues de transits ou de précédents majeurs (une dégradation sur une œuvre dans un musée avait par exemple été observée durant une conjonction Mercure/Neptune il y a 2 ans mais jamais de massacre comme il y a quelques jours). Les zones colorées sont celles qui sont les plus importantes à surveiller si l’on s’appuie sur les précédents observés (plus de 3 situations majeures observées durant ces transits).

    Les sites culturels, cultuels, industriels (énergétiques, nucléaires et chimiques), souterrains, axes de transports populaires sont à surveiller en priorité.

    Pour plus de précisions, il faut se référer aux prédictions relatives à Saturne en Scorpion.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*