Pourquoi le zodiaque est-il divisé en douze signes ?

Hits: 1916

Nombreux sont les lecteurs de ce blog m’interpellant sur la fameuse treizième constellation du zodiaque intersectant l’écliptique (le Serpentaire) qui n’est pas prise en compte par les astrologues. Cet argument est souvent repris par nos chers saisonnologues ou nos zététiciens autoproclamés dans le but de discréditer le zodiaque sidéral.Voici enfin la clarification nécessaire à ces fausses idées reçues !

Ainsi, la division du zodiaque en douze signes trouve ses origines en babylonie où le grand dieu Marduk (Jupiter), parcourait le grand cercle zodiacal en douze années solaires terriennes (soit très exactement 11 ans et 314 jours). Considérant le plus grand astre du système solaire comme étant le grand régulateur de l’ordre universel et divin, les astrolâtres babyloniens ont décidé de définir les limites des dieux zodiacaux en fonction du passage de Jupiter (Marduk) à travers l’écliptique. Douze ans = Douze signes ! En effet, sur les tablettes sumériennes des « observations de Bel », on releva que les sumériens appelaient Jupiter ‘la planète de l’écliptique’ puisque son orbite coïncidait de manière très rapprochée avec celui-ci. C’est justement sur ce même écliptique que les douze constellations furent définies…

Considéré comme le seigneur des dieux, Marduk, lors de ses transits, jugeait les hommes en fonction de son passage sur les demeures divines (les douze signes du zodiaque) et déterminait de fait la nature de la sentence (Jupiter en Cancer apportait par exemple l’instabilité au niveau du pouvoir en Babylonie, etc).

Cet aphorisme apparait justifié au regard des événements passés (Jupiter se trouvait en Cancer lorsque Saddam Hussein est arrivé au pouvoir en juillet 1979 [20°], lorsqu’éclata la Guerre du Golfe de 1991 [15°] et lors de l’invasion de l’Irak en mars 2003 [13°], périodes coïncidant donc avec des « troubles » au pouvoir…).

Notons que l’avènement de Saddam Hussein au pouvoir en juillet 1979 s’est produit lors d’une conjonction Jupiter/Mercure rétrograde. Pour ceux qui suivent ce blog, on peut s’inquiéter pour le sort réservé à un Président qui fut récemment intronisé avec la même configuration tragique…

Plus d’info :

Les chefs d’Etat assassinés

Le nombre douze ou l’harmonie divine :

La symbolique de Jupiter, « juge annuel des signes » et « guru des dieux » en Inde, s’est étendue à d’autres aspects que le Zohar nous a révélés :

Par analogie à Jacob (Jupiter) et ses douze enfants, Moïse de León nous révèle enfin l’origine de ce nombre douze, de l’ordre divin. Ainsi, Jupiter a une durée de révolution de 11 ans et 314 jours, soit près de 12 ans. En somme, chaque passage céleste de Jupiter le Père enfante une constellation (un an) expliquant de fait la division du zodiaque en douze signes.

Celle-ci fut donc calquée par rapport à la durée pendant laquelle Jupiter accomplit son parcours complet à travers le zodiaque. Si Jupiter avait fait son cycle en 14 ans, aurions-nous connu un zodiaque composé de 12 constellations (12 ans) ?

Les 12 tribus d’Israël de la Torah ont donc inspiré les révisionnistes chrétiens dans le nouveau testament en évoquant à leur tour les 12 apôtres. Ce nombre qualifié d’harmonieux par certains sans que ces derniers précisent l’origine de cette harmonie, fut perpétué par les savants de l’Ecole d’Alexandrie. La marque de fabrique poétique de cette école étant, entre autres, l’Alexandrin composé de… 12 pieds, le premier ayant été rédigé en l’honneur d’Alexandre le Grand ! Aussi les grecs avaient-ils érigé un panthéon de douze dieux sur lequel trônait Zeus (le plus puissant des dieux). Ce nombre « harmonique », symbole d’unité, aurait donc inspiré les concepteurs du drapeau européen constitué de douze étoiles rappelant à son tour la dimension religieuse du nombre…

Par ailleurs, notons que, dans l’Islam, le courant chiite dominant en Iran reconnaît l’existence de 12 imams. Il faut savoir que ce territoire fut jadis un haut lieu du culte zodiacal et que l’astrologie a toujours eu une place importante dans la culture persane.

En Chine, Jupiter a aussi une place très importante. Les douze signes chinois nous apparaissent aussi comme étant des cycles jupitériens de douze ans. Jupiter porte par ailleurs le nom « d’étoile de l’année », régulant le cycle annuel. La grande année chinoise, par analogie à Jupiter, étant d’une durée de douze ans…

En conclusion, le fameux treizième signe ne peut avoir sa place dans le zodiaque sidéral puisque la division zodiacale en douze signes a été déterminée à partir du cycle annuel de Jupiter et non à partir des limites « célestes » des constellations . Orion, les Pléiades ou le Serpentaire ne peuvent donc y figurer… Notons que le monde s’est ravisé à la « jupiterisation » du temps (12 heures en matinée, 12 heures en soirée) et du calendrier sachant que la majorité de l’humanité a adopté une année lunaire ou solaire divisée en douze mois. Le premier d’entre eux apparut naturellement à Sumer il y a 2 700 ans avant JC, sur les terres du dieu Marduk…

Patrice Bouriche ©

4 Comments

  1. Bonjour Patrice,
    J’approuve votre point de vue sur la prédominance de jupiter dans beaucoup de bases astrologiques pourtant il ne semble pas qu’il soit à l’origine de la division en 12 signes.Il en est plutôt le “témoin visible”. Il vous faut regarder vers la géométrie spatiale et ses possibilités.
    A..+

  2. “Merle mot-coeur” n’a pas posté sous ce pseudo depuis plus de deux ans…

    Je ne pense pas qu’il puisse lui-même répondre à sa propre proposition de démonstration puisqu’elle est en décalage avec la dimension stellaire du concept développé par les Assyro-babyloniens.

    Ceux qui ont acquis le Tome 1 et/ou qui suivront la formation auront la réponse à cette division jovienne réfléchie des fidèles de Marduk…

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*